Prospective et innovation

Lab Transport n°1 - Avril 2019

Documents

Publié le

Le secteur Transport-Logistique est destiné à baigner dans lʼinnovation. Cette évolution impactera fortement le secteur et affectera à la fois le véhicule, lʼentrepôt, lʼénergie, les infrastructures, lʼorganisation des entreprises, les métiers et le fonctionnement du marché.

Une multitude de publications, parfois très (trop !) techniques, ne cesse de foisonner. Les sources paraissent si nombreuses, si diverses et parfois si divergentes quʼil semble parfois difficile de se faire une idée précise sur ces questions ? LʼAFT a la volonté de vous aider à y voir plus clair : cʼest la vocation du LAB Transport®.

Cette commission prospective entend faciliter non seulement la connaissance du phénomène, en donnant des éléments dʼinformation et dʼanalyse les plus largement accessibles, mais aider également le secteur et les entreprises à anticiper ces changements et leur impact sur lʼemploi, la formation...

Analyse des enjeux
Suite aux études et rapports qui ont été publiés au niveau national et international ou encore en écho de réalisations significatives qui méritent un traitement plus poussé, des articles vous seront envoyés tous les deux mois afin dʼen analyser la substance et saisir les enjeux.
Les sujets proposés iront de lʼintelligence artificielle et du développement de la mobilité, aux principales ruptures technologiques, environnementales, comportementales et économiques affectant la mobilité des personnes et des marchandises à lʼhorizon 2030. Seront abordées les conséquences économiques et sociales de lʼapparition progressive de lʼautomatisation dans le transport routier de marchandises et des avancées technologiques.
Afin de vous tenir informés de lʼactualité, vous recevrez, également une fois tous les deux mois en alternance avec lʼarticle mentionné ci-dessus, une compilation de brèves ayant trait à lʼinnovation Transport-Logistique.
Pour sa seconde publication, la newsletter du LAB Transport® vous proposera le mois prochain de décortiquer une étude parue en 2017, intitulée « Gérer la transition vers un transport routier de marchandises sans conducteurs », émanant du Forum international des transports (FIT1) en partenariat avec les organisations syndicales IRU (Union internationale des transports routiers) et ITF (Fédération internationale des ouvriers du transport) et lʼAssociation des constructeurs européens dʼautomobiles (ACEA).


Soyez au rendez-vous !

* Organisation intergouvernementale au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui compte aujourd’hui 36 pays membres.

LES 1ERS CAMIONS «SANS CONDUCTEUR»
SUR LES ROUTES DʼEUROPE...

Le train est en marche !
Le 11 mars dernier, la Suède a autorisé DB Schenker et la start-up suédoise Einride à effectuer un service de transport de fret par camion autonome sur route ouverte, entre un entrepôt et un terminal dʼune zone industrielle. Baptisés T-pod, ces engins sans cabine, électriques et entièrement autonomes, peuvent être contrôlés à distance et affichent un poids total en charge de 20 tonnes (jusquʼà 15 palettes transportées). A partir du mois dʼavril 2019, ces camions opéreront quotidiennement. Les deux partenaires ont pour objectif, à terme, de faire transiter des marchandises sur environ 200 km entre deux bases logistiques.

...PENDANT QUE LES ESSAIS
DE CONVOIS EN PELOTON
SE POURSUIVENT

Une autre solution innovante en matière de transport routier de marchandises, le platooning (convois de camions dont le véhicule de tête, conduit par un conducteur, retransmet toutes les informations aux véhicules qui le suivent) continue à être expérimentée dans plusieurs pays européens. Actuellement, le projet «ENSEMBLE» (ENabling SafE Multi-Brand pLatooning for Europe) réalise des tests avec six camions de marques différentes (Daf, Daimler, Iveco, Man, Scania et Volvo) dans un (ou plusieurs) peloton(s) en condition de trafic réelle par-delà les frontières nationales. Cette technique vient pourtant de marquer un coup dʼarrêt. En effet, le géant mondial Daimler a récemment annoncé sur le salon CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas quʼil cessait ses investissements dans ce type de convois au profit des véhicules autonomes. En cause, des économies de carburant jugées pas assez significatives...

TRANSPOLIS, UNE VILLE
LABORATOIRE POUR TESTER
LES VÉHICULES DU FUTUR

Située dans lʼAin, à côté de Lyon, Transpolis est une ville laboratoire essentiellement conçue pour tester les technologies et les équipements urbains du futur et plus particulièrement les véhicules autonomes.

Cette ville intelligente, unique en Europe, est construite sur une ancienne base militaire de 80 hectares. Equipée de 300 kilomètres de fibre optique, de milliers de capteurs, de mobilier urbain communicant, de recharges électriques et de caméras, elle permet de reproduire toutes les conditions, y compris critiques, et dʼêtre ainsi au plus proche de situations réelles.

Le monde du poids lourd est bien sûr associé à la démarche avec la présence de Renault Trucks ou de la Fédération française de carrosserie industries et services (FFC), organisatrice du Salon Solutrans qui se tiendra en novembre à Lyon.

LORSQUE LʼINNOVATION AMÉLIORE LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES SALARIÉS

Les effets de lʼautomatisation et la robotisation des entrepôts logistiques ne riment pas forcément avec perte dʼemplois mais peuvent être envisagés comme de véritables atouts dʼamélioration de la qualité de vie au travail pour les salariés.
Ainsi, des entreprises comme Geodis, FM Logistic, DHL ou La Poste testent ces derniers mois des solutions innovantes pour améliorer le quotidien des employés de manutention. Par exemple, lʼergosquelette (harnais flexible, aidant à travailler assis-debout), le harnais de manutention ou lʼexosquelette collaboratif (armature robotisée qui décuple les capacités physiques) permettent de lutter contre la pénibilité, notamment les troubles musculo-squelettiques (TMS). Selon les premiers résultats, lʼintroduction de ces dispositifs mais aussi de drones pour faire lʼinventaire des stocks, de chariots autoguidés ou de lunettes connectées à vision augmentée, réduisent sensiblement les risques dʼaccidents du travail et les maladies professionnelles sans perdre en productivité.

Informations annexes au site