Le GNV, un carburant de plus en plus vert
Le GNV, un carburant de plus en plus vert

Environnement et Développement Durable, Transport

Le GNV, un carburant de plus en plus vert

Publié le

Le 8 septembre dernier, tandis que le gouvernement exposait sa nouvelle stratégie en faveur de l’hydrogène, l’association française du gaz naturel pour véhicule (AFGNV) dressait le bilan d’une autre filière prometteuse déjà bien implantée, celle du gaz naturel comme carburant alternatif.

Le GNV et le bioGNV se développent à un rythme soutenu en France; le maillage des stations GNV couvre dorénavant l’ensemble du territoire avec 149 points au 31/08/2020 et 235 attendus fin août 2021.

Du côté des véhicules, selon le dernier décompte de l’AFGNV, plus de 22 000 véhicules GNV circulent aujourd’hui en France, dont 3 865 bus et cars, 4 087 poids lourds et 2 004 bennes à ordures ménagères. Depuis 2014, les immatriculations des véhicules lourds augmentent en moyenne de 20% par an.

Lors de cette journée, le groupe Carrefour, qui mise sur le gaz pour la livraison du dernier kilomètre, a annoncé son intention d’intégrer dans sa flotte 1 200 poids lourds GNV d’ici 2022. La progression des véhicules utilitaires légers (VUL) est également significative, segment qui voit apparaître de nouveaux acteurs comme Piaggio qui lancera un nouvel utilitaire au gaz d’ici l’année prochaine.

Selon l’AFGNV, le taux d’incorporation de biométhane dans le GNV est passé de 12% à 17% entre 2018 et 2019 et devrait dépasser les 20% cette année. En croissance constante, les stations de méthanisation offrent une véritable opportunité d'économie circulaire dans le traitement des déchets aux véhicules fonctionnant au gaz naturel en valorisant au mieux le biométhane produit par la filière agricole et les collectivités.

GraphiquesSource : AFGNV

 

Informations annexes au site